Sélectionner une page

Outranspiens

 

Une petite présentation portative

 

Qui ? Où ? Quelles langues de travail?

Santiago Artozqui, Bois-Colombes, France (espagnol, anglais, français) 

Jonathan Baillehache, Athens, Géorgie, États-Unis (russe, anglais, français)

Camille Bloomfield, Paris, France (italien, français, anglais)

Magdalena Cámpora, Buenos Aires, Argentine (espagnol, français, anglais)

Chris Clarke, Philadelphia, PA, États-Unis (français, anglais)

Rachel Galvin, Chicago, IL, États-Unis (espagnol, anglais, français)

Irène Gayraud, Paris, France (Français, Espagnol, Allemand, Italien, Anglais)

Jean-Jacques Poucel, Urbana, IL, États-Unis (anglais, français)

Delphine Presles, Bois-Colombes (France) (graphisme, illustration, design web, films)

Lily Robert-Foley, Montpellier, France (anglais, français)

Pablo Martín Ruiz, Cambridge, MA, États-Unis (espagnol, anglais, français, portugais)

Hermes Salceda, Vigo, Espagne (espagnol, français)

Eliana Vicari, Vicenza, Italie (français, italien)

 

Portrait de Santiago Artozqui dessin de Doots

Santiago Artozqui écrit des nouvelles, des essais, de la poésie et traduit de l’espagnol et de l’anglais vers le français. Ancien critique de La Quinzaine littéraire, il écrit maintenant pour En attendant Nadeau, une revue littéraire en ligne. Il enseigne l’écriture créative à l’université Paris 7 Diderot, et est président d’ ATLAS , une organisation pour la promotion de la traduction littéraire. Il est aussi vieux et pas drôle, dommage pour lui.

Jonathan Baillehache

 Jonathan Baillehache enseigne la littérature (électronique) française, les jeux vidéo et les études de traduction à l’Université de Géorgie, à Athènes (où se trouvent REM et Bobby Prince). Lui aussi est un Tiphainito (un ancien doctorant de Tiphaine Samoyault). Il a soutenu sa thèse sur la traduction du poésie russe « zaum » en 2012. Il a traduit occasionnellement du français vers l’anglais, du russe vers le français et l’anglais, vers le français, du son passe-temps is to think to the philosophical and humanities digital. Il trempe dans le swing et la salsa.


Camille Bloomfield dessin de Doots

Camille Bloomfield, membre fondatrice de l’Outranspo, est poète & enseignante-chercheuse. Membre du laboratoire Pléiade, elle enseigne à l’IUT de Bobigny (Université Paris 13).,Sa poésie s’épanouit en performances multimédia & participatives, ainsi que sur les réseaux sociaux (en particulier Instagram). Elle traduit de la littérature italienne (Patrizia Valduga, Mariangela Gualtieri), anglophone (Yuyutsu Sharma, HD Thoreau) et de la critique littéraire (Franco Moretti). Sa recherche, après avoir longtemps porté sur l’Oulipo (elle a publié chez Champion en 2017 Raconter l’Oulipo. Histoire et sociologie d’un groupe littéraire. 1960-2000), se concentre désormais sur les manifestes, autour de la Base Manart, ainsi que sur la traduction des littératures à contraintes.

Son site  : Chez Campo 

 

Magdalena Cámpora Magdalena Cámpora vit, traduit et enseigne la littérature française à Buenos Aires. Elle est chercheuse au CONICET et professeur de littérature française à l’Universidad Católica Argentina. Elle travaille actuellement sur les transformations éditoriales et les usages idéologiques de la littérature française au XXe siècle en Argentine. Elle a traduit la correspondance entre les poètes René Char et Raul Gustavo Aguirre et prépare une traduction de Le Rouge et le Noir de Stendhal.

Chris Clarke

Chris Clarke est né dans l’Ouest du Canada et vit actuellement à Philadelphie. Il est traducteur vers l’anglais de divers auteurs français, y compris Raymond Queneau (New Directions), Patrick Modiano (NYRB Classics), Pierre Mac Orlan (Wakefield Press), François Caradec (MIT Press), et Ryad Girod (Transit Books, 2020). Sa traduction des Vies Imaginaires de Marcel Schwob a gagné le Translation Prize for Fiction (2019) du French-American Foundation à New York. Sa prochaine traduction sera une retraduction d’un roman de Raymond Queneau pour NYRB Classics, disponible en 2022.

portrait Irène grand yeux cheveux orange

Irène Gayraud est écrivaine, poétesse, traductrice et maîtresse conférences en littérature comparée à Sorbonne Université. Elle a publié un roman, Le livre des incompris (Éditions Maurice Nadeau, 2019), et quatre livres de poésie : à distance de souffle, l’air  (Éditions du Petit Pois, 2014) ; Voltes (Al Manar, 2016), Point d’eau (Le Petit Véhicule, 2017) et Téphra (Al Manar, 2019). Avec Christophe Mileschi, elle a traduit les œuvres poétiques de Dino Campana (Chants Orphiques et autres poèmes, Points Poésie, 2016).

Portrait de Rachel Galvin dessin de doots

Rachel Galvin est l’autrice de deux recueils de poèmes, Pulleys & Locomotion et Elevated Threat Level, finaliste pour la National Poetry Series (États-Unis), et traductrice de Courir les rues de Raymond Queneau, qui a remporté le prix Scott Moncrieff. Elle est la co-traductrice de Decals: Complete Early Poems of Oliverio Girondo, finaliste pour le Prix National de Traduction (États-Unis). Sa traduction de Cowboy & Other Poems par Alejandro Albarrán Polanco paraîtra en 2019. Ses poèmes ont été publiés dans Boston Review, Colorado Review, Fence, Gulf Coast, McSweeney’s, The Nation, New Yorker, PN Review et Poetry. Elle a aussi publié une monographie, News of War: Civilian Poetry 1936-1945 et co-edité Auden at Work. Rachel Galvin est maître de conférence à l’Université de Chicago et membre fondatrice de l’Outranspo.

Portrait de Lily Robert Foley dessin de Doots

Lily Robert-Foley est maîtresse de conférences à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, où elle est spécialiste de traductologie. Elle est l’autrice notamment de Jiji, un livre de poésie en prose et écriture conceptuelle (Omnia Vanitas, 2016) ; Money, Math and Measure (Essay Press, 2016) ; m, un livre de poésie-critique-collage (Corrupt Press, 2013), et graphemachine, un mini-livre de poésie visuelle (Xerolage, 2013). Elle est également traductrice de poésie pour la collection To Press, où se trouve ses traductions de Sophie Loizeau et de Claude Ber. 

Jean Jacques Poucel

Jean-Jacques Poucel  est critique, poète et traducteur. Ayant été professeur (précaire) dans les universités de Yale, de Calgary et d’Illinois, il désire un poste stable où enseigner la langue, la littérature, et l’amour qui les chérit. Traducteur d’Anne Portugal (Flirt Formula) et Emmanuel Hocquard (Conditions of Light), il traduit pour le plaisir et d’autres récompenses des poèmes et des articles académiques du français et de l’anglais. Il est l’auteur de Jacques Roubaud and the Invention of Memory (UNC Press) et co-éditeur de Pereckonings: Reading Georges Perec (Yale French Studies 105), Formes Critiques Contemporaines (FPC 9).

Delphine Presles est graphiste, illustratrice & designeuse web. Elle « traduit visuellement » les projets (collectifs et individuels) de l’Outranspo, qu’elle accompagne depuis les débuts. Elle a par exemple réalisé des dessins pour dialoguer avec les textes d’Eliana Vicari et d’Irène Gayraud, qui signent également tous les dessins, portraits de ce site. Ses dessins sont aussi parfois au point de départ de projets outranspiens.

Son site: www.delphinepresles.com

Prtrait Pablo Martin Ruiz dessin de Doots

Pablo Martín Ruiz a étudié la littérature et la linguistique à l’Université de Buenos Aires, en Argentine, et a fait un doctorat en littérature comparée à l’Université de Princeton. Il est professeur de littérature latino-américaine à l’Université Tufts. En plus d’articles académiques, il a publié des articles de voyage, des traductions et des palindromes. Son livre de critique littéraire, Four Cold Chapters on the Possibility of Literature (Leading Mostly to Borges and Oulipo), a été publié par Dalkey Archive en 2014. Il est l’un des membres fondateurs de l’Outranspo. Il aime écrire des textes aussi différents que possible les uns des autres.

Hermès Salceda (Université de Vigo) s’occupe essentiellement des textes de Raymond Roussel et de Georges Perec tant que traducteur et critique. Il semblerait que nous ayons besoin de la traduction textuelle en espagnol. Il a fait, en collaboration, pour le grand lipogramme de la Disparition , pour les « Textes-génèse » de Roussel et pour Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour de Perec. Il co-dirige la revue Formules avec C. Reggiani et C. Reig et dirige la série Raymond Roussel de La Revue des Lettres modernes.

Portrait Eliana Vicari dessin Doots

Eliana Vicari, traductrice confirmée, a enseigné plusieurs années dans des universités italiennes, aussi bien que en master que dans “La Fabrique des traducteurs” au Collège international des traducteurs littéraires à Arles. Elle a traduit des œuvres – et parfois préparé l’édition – d’auteurs contemporains oulipiens (La bella Ortensia de J. Roubaud, et des textes de G. Perec, O. Salon, d’H. Le Tellier) et non oulipiens (Un segreto senza importanza d’A. Desarthe, des romans de M. Condé, G. Simenon, E. Carrère…), publiés chez Feltrinelli, Edizioni Lavoro, Einaudi et surtout Adelphi. Elle collabore à la réalisation d’anthologies littéraires pour Valmartina-De Agostini. Membre de l’Oplepo depuis 2012, elle a soutenu en 2013 une thèse intitulée C’est en traduisant qu’on devient traduiseron, à Paris X. Elle travaille actuellement au recueil Suites vénitiennes, à son essai de traductologie – La méthode Maran – et à un projet de documentaires axés sur la traduction dont le premier volet portera sur la traduction intersémiotique.